Avant que Jésus n’éclipse le Soleil

Le Christ représenté comme Sol invictus, mosaïque du IIIe ou IVe siècle, nécropole sous la Basilique Saint-Pierre au Vatican.

A la fin du IIIe siècle de notre ère, l’empire romain est un assemblage de peuples aux traditions multiples qui tend à se disloquer, alors que le pouvoir est aussi en crise. Pour tenter de ressouder le tout, l’empereur Aurélien (270-275) a une idée: il va promouvoir un nouveau dieu unificateur, le Soleil invaincu (Sol invictus). Le soleil, en effet, brille pour tous, sous toutes les latitudes.

Ce nouveau culte, reprenant des aspects de la mythologie d’Apollon et du culte indo-iranien de Mithra, est loin d’être exclusif: il se superpose aux autres du panthéon romain ou aux cultes étrangers. Il se veut cependant universel, remplaçant un culte impérial tombé en désuétude. Aurélien institue une fête officielle appelée le «jour de naissance du Soleil» (en latin dies natalis solis invicti). Celle-ci est logiquement située au solstice d’hiver, moment ou les jours s’allongent, lequel tombait le 25 décembre selon le calendrier de l’époque.

Quelques décennies plus tard, l’empereur Constantin 1er, fervent adorateur de Sol au début de son règne, fera du «jour du Soleil», correspondant au dimanche, le jour du repos hebdomadaire (l’anglais Sunday et l’allemand Sonntag en gardent la mémoire).

A l’issue d’une bataille remportée sur un concurrent, Constantin 1er se converti au christianisme. On connaît la suite: le culte de Jésus-Christ éclipse le Soleil et tous les dieux des anciennes religions. Mais, comme on le sait, la fête et la portée symbolique du 25 décembre ne disparaîtront pas.

Joyeux Dies Natalis Solis à toutes et tous !

Pour en savoir plus: https://eduscol.education.fr/odysseum/le-culte-de-sol-invictus


Les autres articles du blog de l’association Nunc est bibendum
Si on vous dit vomitorium, à quoi pensez-vous ? A une pièce adjacente à la salle à manger où les Romains Read more
Les Romains aussi ont eu chaud. En effet, les climatologues, grâce aux indications laissées par les pollens, les glaciers, les Read more
Vous l’avez certainement croisée sans la connaître ou la reconnaître: la grande mauve (malva sylvestris1) prospère à la campagne comme Read more
Ab ovo usque ad mala1. Un bon et copieux repas romain se devait de faire honneur à cette locution: «de Read more
Moretum esuri te salutant! Un petit film réalisé dans le cadre d'une collaboration avec l'association Le Calame d'or et le Read more
Obélix avait les sangliers, les Romains les cochons1. Animaux omnivores, à l’entretien peu coûteux, ils étaient très répandus dans les Read more
Les sociétés antiques étaient résolument patriarcales et laissaient peu de place aux femmes hors de la sphère domestique. La renommée Read more
Ce jour-là, à Rome, on voyait deux jeunes hommes avec un pagne pour seul vêtement, débouler comme des fous dans Read more
Pour les peuples de l’Antiquité, les plantes avaient de multiples vertus : gustatives, mais aussi médicinales, religieuse, magiques et… aphrodisiaques. Dans Read more
Pline l’Ancien, au 1er siècle, ne tournait pas autour du pot : pour lui, le yaourt était une affaire de Read more