Un 1er avril sous le signe de Vénus

Fresque représentant Venus dans une maison de Pompéi.

Le 1er avril, les romains célébraient les Veneralia, une fête instaurée pour lutter contre la débauche… En 220 avant J.-C., un oracle sibyllin avait déclaré en substance que les romains et romaines se permettaient un peu trop de débordements sexuels, que cela ne plaisait pas aux dieux et finirait par porter malheur. Comme la deuxième guerre contre l’ennemi héréditaire carthaginois était imminente, ce n’était pas le moment de prendre des risques.
La fête a été placée sous le patronage de deux déesses, Fortuna Virilis, une manifestation du Destin chargée de cacher aux hommes les défauts des femmes, et de Venus Verticordia, « qui ouvre les cœurs ».
A cette occasion, les femmes, mariées ou non, se rendaient au temple de Vénus. Elles lavaient la statue de la déesse après lui avoir retiré son collier d’or, puis la décoraient avec des roses. Puis, elles allaient aux thermes pour hommes en se cachant avec des branches de myrte, comme Vénus l’avait fait selon la légende lorsqu’elle avait été surprise nue dans son bain par des satyres. Elles offraient ensuite de l’encens à Fortuna Virilis, pour obtenir le don évoqué plus haut. Finalement, elles buvaient un mélange de pavot moulu et de lait sucré avec du miel, mixture bue par Vénus lors de son mariage avec Vulcain.
Pendant ce temps, les hommes devaient sans doute descendre quelques godets de Mulsum (vin miellé) sur des terrasses alors ouvertes.