Pourquoi Nunc?

Nunc est bibendum est une association culturelle sans but lucratif dédiée à l’évocation de l’Antiquité par l’art culinaire, partenaire du restaurant homonyme à Genève.

Ensemble, l’association et le restaurant se sont donnés pour objectif de créer un lieu unique ou l’on peut se désaltérer avec un vin antique miellé et épicé en dégustant un plat réalisé selon une recette plurimillénaire, le tout dans un cadre qui évoque l’Antiquité.

L’Antiquité grecque et romaine n’est pas qu’une affaire de spécialistes. Elle est l’objet d’une très vaste culture populaire qui a fasciné des générations, des lecteurs d’Alix aux joueurs d’Assassin’s Creed Odyssey, en passant par les spectateurs de Gladiator. Elle est présente au quotidien dans notre vocabulaire, nos habitudes, nos idées et… nos assiettes.


Pour la plupart des gens, le mot «ׁbibendum» évoque la mascotte boudinée d’un fabricant de pneumatiques français. Vers 1900, ce dernier a en effet utilisé avec un succès durable l’expression latine pour une campagne publicitaire.


Mais «Nunc est bibendum» signifie «C’est maintenant qu’il faut boire». Il s’agit du début d’un vers écrit par Horace il y a plus de 2000 ans. Le poète célèbre par ces mots la victoire d’Octave (le futur empereur Auguste) sur son rival Marc-Antoine et son alliée la reine d’Egypte Cléopâtre lors de la bataille navale d’Actium en 31 avant J.-C.

Nunc est bibendum, nunc pede libero
pulsanda tellus, nunc saliaribus
ornare puluinar deorum
tempus erat dapidus, sodales.

«Maintenant il faut boire; maintenant d’un pied libéré il faut fouler le sol;
maintenant d’orner le coussin des dieux pour des banquets saliens*; il était temps, camarades.»

Relief représentant la bataille d’Actium, Collection Medinaceli, Cordoue.

Horace, qui fut le protégé du riche Mécène, s’inspire d’un poème grec plus ancien: «Nyn chrê methysthēn» – «Νῦν χρῆ μεθύσθην», «C’est maintenant qu’il faut s’enivrer». Vers 600 avant J.-C. son auteur, Alcée de Mytilène, se réjouissait pour sa part de la mort du tyran Myrsilos qui régnait sur l’île de Lesbos.

  • Les Saliens formaient une confrérie de prêtres voués au culte du dieu Mars. Leurs danses rituelles étaient guerrières et bruyantes.