Ludus latrunculorum

Jeu des mercenaires

Pour 2 joueuses ou joueurs

Histoire

Dès le IIe siècle avant notre ère, les Romains ont adopté sous le nom de ludus latrunculorum le jeu grec de stratégie nommé Petteia (πεττεία), connu au moins depuis Homère.  Il est rapidement devenu l’un des jeux les plus connus et appréciés du monde romain. Il est fréquemment représenté sur des bas-reliefs, et des plateaux quadrillés ont été retrouvés sur de nombreux sites.

Durant la période républicaine, latrones signifiait «mercenaires». La logique militaire du jeu est évidente: il s’agit d’un champ de bataille où l’adversaire doit être éliminé. Le gagnant était parfois désigné Imperator, selon Proculus (IIIe s.). Avant cela, le jeu est mentionné par Varron (116-27 avant J.C.), puis par Ovide et Sénèque. L’Eloge de Pison, un poème attribué à Calpurnius Siculus (Ier s. avant J.C.), l’évoque largement. Mais les règles précises ne nous sont pas parvenues. Nous en proposons ici quatre variantes. La première variante, issue des travaux du Dr U. Schäder, se base sur un passage de Sénèque (Lettres à Lucilius, 117, 30) qui parle du dégagement d’une pièce bloquée. La seconde, dite de Pison, est proche, mais plus simple. La troisième se rapproche des Dames et la dernière, qui introduit une pièce spéciale, le dux, est inspirée d’une version qui semble avoir survécu à la chute de l’empire romain et que l’on retrouve en Perse au Xe siècle sous le nom de Nard.


Variante de Sénèque

Le signe Ꝋ, dit « thêta nigrum » est utilisé sur cette mosaïque pour identifier un gladiateur vaincu.

Mise en place

16 pions par joueuse ou joueur, striés d’un côté, plats et marqués du signe Ꝋ de l’autre.

But du jeu

Réduire l’adversaire à un seul pion ou l’immobiliser.

Déroulement de la partie

Dans une première phase de jeu, les protagonistes placent alternativement un pion après l’autre sur une case libre.

Puis la bataille commence, chaque joueuse ou joueur déplaçant un pion à tour de rôle.

Les pions peuvent être déplacés d’une case verticalement ou horizontalement vers une case libre. Une pièce peut sauter par-dessus une pièce de sa propre couleur si la case derrière elle est inoccupée. Ceci permet de faire plusieurs sauts en un seul coup comme aux Dames. Un pion ne peut pas être déplacé plusieurs fois de suite en avant et en arrière.

Les pions peuvent être capturés par encerclement des deux côtés horizontalement ou verticalement (mais pas en diagonale). Si une joueuse ou un joueur réussit à encercler un pion entre deux de ses propres pions, ce pion est déclaré incitus (bloqué): il ne peut plus bouger et on le retourne pour le distinguer. Un pion placé dans un coin du plateau peut être encerclé en plaçant une pièce de chaque côté à angle droit.

Au prochain tour, sa ou son propriétaire doit retirer le pion capturé, sauf si elle ou il réussit par le mouvement d’un pion à capturer l’un des deux pions adverses qui bloquent son incitus. Dans ce cas, son pion est libéré et le pion adverse capturé.

Il est possible de capturer plusieurs pions à la fois. Dans ce cas, la joueuse ou le joueur peut choisir lequel des inciti est retiré du plateau en premier. Elle ou il doit ensuite retirer un incitus à chaque tour, sauf s’il est libéré comme indiqué ci-dessus.

Il est permis de déplacer un pion entre deux pions adverses sans se faire prendre: la capture doit résulter d’un mouvement de l’attaquant.

La partie se termine lorsqu’une joueuse ou un joueur n’a plus qu’un seul pion ou qu’elle ou il ne peut plus faire aucun mouvement autorisé.

Variante de Pison

Le jeu est identique, la seule différence étant que les pions capturés sont immédiatement retirés du plateau.

Variante Petteia

Dans cette variante, les pions sont préalablement disposés sur le plateau sur deux rangées, du côté le plus proche de chaque protagoniste.

Les joueuses ou joueurs décident qui aura le premier tour.

Chaque protagoniste à son tour déplace un seul pion d’une case à une autre. Tous les pions se déplacent aussi loin que la joueuse ou le joueur le souhaite, en ligne droite horizontalement ou verticalement.
Un pion ne peut pas s’ajouter sur une case occupée ou sauter par-dessus un autre pion.
Un pion ennemi est capturé en l’encerclant entre deux pions comme dans les autres variantes. Il est possible de bloquer plusieurs pions en un seul mouvement.
Il est permis de déplacer un pion entre deux pions adverses sans se faire prendre.
La partie se termine lorsqu’une joueuse ou un joueur n’a plus qu’un seul pion ou qu’elle ou il ne peut plus faire aucun mouvement autorisé.

Variante avec dux

Dux.

Le jeu est identique au Petteia, à l’exception de ce qui suit:

Chaque protagoniste ne dispose que d’une rangée de 8 pions et une pièce spéciale, le dux (général) qui est placé devant les pions, sur la cinquième case depuis la gauche.

Le dux peut capturer des pions, mais ne peut pas être lui-même capturé. La partie est terminée lorsqu’une personne n’a plus que son dux.

 


En plus


Retour à la page d’accueil sur les jeux de table antiques